Accueil > Les parcours de soins> La médecine nucléaire> La fraction d'éjection isotopique

La fraction d'éjection isotopique

La fraction d’éjection isotopique, pour quoi faire ?

Cet examen permet de surveiller la performance du cœur (fraction d'éjection isotopique). Il est généralement réalisé avant, pendant ou après la chimiothérapie, afin de surveiller les effets de certaines molécules de chimiothérapie sur le cœur.

Concrètement, il consiste à injecter un produit radioactif (qui va se fixer sur les globules rouges), puis de suivre la contraction du cœur à l’aide d’un détecteur nommé « gamma caméra » et de l’enregistrement de l’électrocardiogramme.
 

Concrètement, comment se passe l’examen ?

Après avoir été accueillie au secrétariat, la patiente est prise en charge par un manipulateur radio qui lui injecte deux produits en intraveineuse à environ 30 mn d'intervalle. A l'issue de la deuxième injection, les images scintigraphiques sont réalisées (8 à 10 minutes). La machine utilisée ressemble à un scanner. Pendant l’examen, la patiente est allongée sur le dos, les bras placés le long du corps.

La durée totale de l’examen est d'environ 1 h 30.
 

Comment bien préparer son examen ?

En prenant avec soi le jour de l'examen :
. la lettre ou l'ordonnance du médecin,
. la carte vitale avec l’attestation de droits sur laquelle figure la déclaration de médecin traitant.
Il n'est pas nécessaire d'être à jeun.
 

Des effets secondaires ?

Cet examen n’est pas douloureux et il n'y a pas d'allergie connue aux produits utilisés en médecine nucléaire. Les doses de rayonnement utilisées sont très faibles, n'entraînent pas de réaction de l'organisme, et ne présentent pas de danger. Les seules contre-indications sont la grossesse et l'allaitement. Si vous êtes enceinte ou pensez pouvoir l'être, signalez-le au personnel du service. Si vous avez un enfant en bas âge, évitez de le prendre dans vos bras pendant les quelques heures qui suivent l’examen.
Comme pour l’ensemble des examens de médecine nucléaire, il est recommandé de boire abondamment et d’uriner fréquemment.
 

Les résultats sont-ils remis à la patiente ?

Oui. A la fin de l'examen, un médecin lui donne les résultats et un compte rendu à remettre à son oncologue.
 

Combien ça coûte ?

L'examen est pris en charge à 100 % par l'organisme de sécurité sociale, sous réserve de l'ouverture effective des droits (la carte vitale doit être à jour) et de la déclaration du médecin traitant après de cet organisme.

 

Pour toute question relative à votre situation personnelle, contactez votre assistante de parcours. Elle est là pour vous accompagner et vous orienter tout au long de votre parcours de soins.

 

A lire aussi sur notre site :

La détection du ganglion sentinelle

La scintigraphie osseuse

Le TEP-SCAN

L'échographie mammaire

L'IRM mammaire

La biopsie mammaire
Le repérage

La chirurgie

La chimiothérapie

La radiothérapie

L'hormonothérapie

Les thérapies ciblées

Le suivi cardiologique

La kinésithérapie

Les soins de support

Le suivi psychologique

L'homéopathie

L'addictologie

La sexologie

L'algologie

Les parcours de soins